hello world!
hello world!
hello world!

Créa freelance, les solutions pour développer tes compétences

3 pièges à éviter pour choisir ta formation + 5 alternatives pour monter en compétences

Une chose est sûre, il est indispensable pour un indépendant de rester curieux et ouvert à la nouveauté. Ça tombe bien, l'entrepreneuriat nous pousse sans cesse à développer nos compétences ! Car c’est comme ça que l’on s’offre le plus de chance de rester dans la place. Mais pas que. C’est aussi pour : 

  • approfondir ses acquis et progresser en mode amélioration continue 
  • ouvrir de nouvelles portes sur d’autres centres d’intérêt (on évolue sans cesse, nos centres d’intérêt avec !)
  • enrichir notre façon de faire, voire la remettre en question parfois ( “Ok, j’ai toujours fait comme ça, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas faire différemment, et que ce soit mieux, au final !”)
  • et toute autre raison propre à toi, qui sera par nature forcément légitime.

En bref : “Construis tes lauriers, mais ne te repose jamais dessus”

Voici un tour d’horizon des différentes solutions qui s’offrent à toi :

Suivre une formation pour monter en compétences

Quand il s’agit de monter en compétences (surtout les pros), la reine, c’est la formation. Alors on pense tout de suite à s’en offrir une. Pourtant, même si c’est une excellente solution, elle comporte tout de même un triple piège !  

Premier piège : mal choisir sa formation

Ça peut t’arriver. Ça nous arrive à tous d’ailleurs ! Et au final voici le résultat => au mieux cette formation aura été inutile, au pire elle aura été dangereuse. 

Oui dangereuse, délétère, je ne mâche pas mes mots, car pour l’anecdote j’ai eu parmi mes clients des personnes qui sortaient d’une formation — auprès d’un organisme dont je tairais le nom, mais qui a pignon sur rue auprès des indépendants — et pour qui les conseils de cette formation ont mis leur activité en péril. (Rassure-toi, on a cravaché ensuite ensemble et on a pu rattraper le coup, tout va bien aujourd’hui, mais c’était moins une !)

Cette fâcheuse situation peut arriver quand  la formation n’est pas adaptée.

Bien sûr, "on" te dit le contraire, pour te la vendre, mais les conseils dedans s’appliquent à une majorité dont tu ne fais pas partie. L’organisme de formation n’en a pas nécessairement conscience. Parfois, il pense réellement que ses conseils sont valables pour tout le monde ! 

J’insiste sur ce point, car les créas ne sont pas des freelances comme les autres — je vais d’ailleurs écrire un article prochainement à ce sujet, parce que c’est important de comprendre pourquoi ce qui fonctionne pour d’autres indépendants ne peut pas toujours s’appliquer dans le secteur des créas  du design graphique.

Le risque est plus faible quand il s’agit d’une formation purement technique (formation logiciel, par exemple). Dans ce cas, il faut surtout t’assurer qu’elle sera adaptée à ton niveau et à tes besoins d’utilisation.

Mais quand il s’agit d’une formation plus stratégique, visant par exemple le développement de ton activité, alors là : attention aux formations qui s’adressent à TOUS les indépendants !!! Vérifie aussi bien que la personne qui va t’accompagner dans cette formation (s’il y a du coaching de prévu, par exemple) connaisse parfaitement les spécificités relatives à ton secteur d’activité et à ta situation.

Voilà déjà comment éviter le premier piège, hop, ni vu ni connu, c’est esquivé !

Deuxième piège : ne pas appliquer

Celui-ci est valable quelle que soit la formation, car comme le disait Albert Einstein (sacré tonton Albert ! Décidément, il a dit un tas de trucs bien !) : “La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information.”

Désolée de te décevoir, mais ce n’est pas de s’inscrire à la formation qui va t’aider (même si c’est le premier pas décisif), ni de la suivre. Mais c’est bien la mise en pratique de tes apprentissages qui va faire la différence

Alors, ça ne sert à rien de t’inscrire à une formation si tu ne comptes pas la mettre en pratique. Ça ne ferait que surcharger ton cerveau d’infos inutiles (la fameuse “connaissance inutile”, selon le terme de Jean-François Revel) et au final t’empêcher d’avancer par surcharge pondérale de connaissances (c’est moins sexy, mais ce terme est de moi, ahaha !)

Psst : c’est pour ça que je mets autant d’énergie sur cet aspect dans mes programmes et formations. Je conçois les choses de sorte que la mise en pratique se fasse au fur et à mesure, car je sais que sans ça, les apprentissages tombent aux oubliettes et on n’applique jamais !

Troisième piège : ne pas aller au bout.

Tu as déjà entendu parler de la théorie du dernier kilomètre ?

On dit que souvent que le premier pas est crucial pour passer à l’action. Et c’est tout à fait vrai. Mais le dernier pas est tout aussi décisif, et parfois bien plus difficile.

Car c’est grâce à lui qu’aboutit réellement un projet, une idée… — ou une formation, tiens ! 

Alors que le premier pas bénéficie de l’élan, de l’envie, ou d’un déclic, le dernier pas quant à lui conditionne la réussite ou l’échec. Sacré défi ! Il demande donc un effort encore plus important.  

Si tu fais déjà partie du groupe Graphiste et indépendant : le Groooouuuupe !   je te renvoie pour cet aspect à un post que j’avais publié en avril pour parler de “La théorie du dernier kilomètre

Si tu ne fais pas encore partie du groupe, tu peux nous rejoindre ici. 100% entraide, conseils et bonne humeur garantie ! 

Mais figure-toi qu’il y a aussi bien d’autres alternatives qui te permettent de monter en compétences… auxquelles on ne pense pas forcément. En voici quelques-unes :

Se former gratuitement grâce au web

S’autoformer en fouillant sur le web à droite à gauche, on l’a tous fait ! Pesons le pour et le contre de cette méthode : 

Ses avantages : 

  • C’est une très bonne façon de progresser, particulièrement sur des points techniques très précis avec le bon tuto. Il existe des tutos (vidéos, articles…) sur tout, ou presque !! 
  • C’est gratuit !

Ses inconvénients : 

  • Les recherches sont parfois chronophages, balloté d’un article ou d’un tuto à l’autre
  • On peut facilement se perdre et finir sur un tout autre sujet sans avoir trouvé la solution à notre problème de départ
  • Il faut parfois en tester plein, quitte à se rendre compte vers la fin que ça ne fonctionne pas ou que ça ne répond pas à notre besoin (pour ça, merci l’avance rapide pour ce qui est des vidéos de tuto, histoire de bien vérifier que tu n’es pas en train de perdre ton temps)
  • On trouve souvent beaucoup de ressources pour des besoins basiques, débutants, mais l’offre est moins riche dès qu’on a besoin d’une info plus pointue. Ça va dépendre des sujets. Il faut le chercher pour le savoir. C’est moins adapté quand on a besoin d’être guidé sur un processus plus complet. Ce type de fonctionnement est plutôt pertinent pour picorer des micro-astuces ponctuellement, plutôt que pour une montée en compétences profonde et globale… mais encore une fois, ça dépend du sujet (et je peux te dire que de nombreuses choses que je maîtrise maintenant seraient encore du chinois pour mois sans ces ressources web !)

Progresser grâce aux communautés d’entraide

Autre solution : miser sur la transmission, en posant des questions dans les groupes d’entraide

Le partage d'expériences, d'astuces, et même de ressentis… entre pairs est un moyen puissant pour progresser dans tes compétences comme dans ton développement d'activité.

C'est pour cette raison que j'ai réuni une communauté puissante et bienveillante (caractéristique suffisamment rare dans les groupes de designers pour qu’elle mérite d’être soulignée ^^) => Graphiste et indépendant : le Groooouuuupe !

groupe facebook graphistes

Ce n'est certes pas la seule communauté de designers, mais ses membres semblent dire que c'est la meilleure (!)

Dans tous les cas, le principal est de trouver un groupe dans lequel tu te sens bien, suffisamment à l'aise pour participer, plutôt que de multiplier ta présence dans tous les groupes que tu croises et ne réellement profiter d'aucun ^^

 Les avantages :

  • c’est gratuit
  • si on le souhaite, on peut créer des liens avec les autres
  • on peut continuer les échanges pour approfondir la réponse donnée si besoin
  • lire les posts et réponses des autres permet déjà de progresser
  • parfois il y’a même de l’animation avec des contenus approfondis, comme ici avec les thématiques du mois et les lives mensuels
  • parfois le groupe compte des experts complémentaires sur des sujets précis (on a cette chance ici ! Merci à eux, qui prennent de leur temps pour vous apporter des réponses fiables sur des sujets pointus)

Les inconvénients :

  • la qualité de ces communautés est variable, et parfois l’ambiance ne respire pas la bienveillance (tu sais que c’est un aspect qui compte beaucoup pour moi)
  • quand on est timide, on n’ose pas toujours poser sa question
  • dans un groupe où il y’a peu de participation, le risque c’est de ne pas avoir de réponse
  • dans un groupe où il y’a beaucoup de participation, il faut accepter de recevoir “trop” de réponses qui peuvent parfois nous rendre confus
  • chaque membre est libre de donner une réponse, mais on ne peut pas s’assurer que la réponse est fiable (quand bien même l’intention est bonne) donc parfois ce sont de mauvais conseils (=> notamment ici parfois quand il s’agit de posts sur les droits d’auteurs où les tarifs, c’est d’ailleurs ce qui m’a motivée à créer une formation sur ce sujet !)

Sortir de sa zone de confort pour étendre son champ de compétences

Si tu as le goût du risque, tu peux aussi choisir de prendre des projets challengeants qui sortent un peu de ton champ de compétences.

C’est l’aspect le plus touchy, mais il faut reconnaître que c’est très formateur, alors je le mentionne quand même. 

Quand on choisit d’aller sur ce terrain, il faut juste veiller à prendre quelques précautions. En voici 2 :

  • disposer des ressources nécessaires en cas de besoin (collègue-ami à qui poser une question si on est coincé, par exemple)
  • avertir le client pour qu’il sache avant de signer sur quels aspects on s’aventure sans maîtriser pleinement (et le rassurer en lui précisant les ressources dont on dispose pour mener à bien la mission), mais surtout ne jamais mentir en prétendant qu’on maîtrise !!!!

Sortir de sa zone de compétence — graphiste-et-independant

Tout est question d’honnêteté et de conscience professionnelle. 

On peut par exemple appliquer une réduction compensatrice, sachant qu’on va tâtonner et que le client pourrait en être pénalisé. D’où l’importance d’être transparent, et de trouver un deal qui convient à tout le monde

Le troc de compétences, un échange de bons procédés

Et si tu faisais du troc de compétences avec un collègue ?

Être formateur, ça ne s’improvise pas. Tout le monde n’a pas la patience ni la pédagogie pour transférer son savoir. MAIS le troc de connaissance avec un ami ou collègue reste un moment agréable et qui permet d’étendre son champ de compétences.

 

Pour ça, il te suffit de trouver dans ton entourage une personne avec qui les besoins de compétences matchent.

troc de compétences entre amis 2 — graphiste-et-independant

Par exemple : tu as des compétences en photo et ton ami en motion design. Il se trouve que justement, tu souhaites acquérir quelques bases en animation et que ton ami cherche à approfondir sa maîtrise de la photo. Merveilleux, non ?

Offrir une compétence en apprentissage et progresser en faisant une BA

Faire pour soi ou pour un ami, pour une asso bénévolement (offrir une compétence en apprentissage)… 

Pourquoi pas ? S'entraîner bénévolement sur des cas réels peut être une bonne opportunité de progresser sans pression. 

En plus, ça ajoute une vraie référence au portfolio et ça permet d’aider quelqu’un qu’on apprécie ou une cause qui nous est chère.

Mais attention à ne pas tomber dans le gratuisme.

Je m’explique : C'est ok de travailler gratuitement quand c'est ton choix et que c'est toi qui est à l'initiative de ce deal.

Mais si on te demande du gratuit, c'est non, parce que l'échange de valeur est rarement équilibré et souvent à ton désavantage (à bannir donc !!!!)

Pour t’en prémunir, je te renvoie à ce post que j’ai publié en 2020 dans mon groupe : “Donner / Recevoir => L’échange de valeur”, il date mais son contenu est toujours d’actualité. 

Tu veux consulter ce post mais tu ne fais pas encore partie du groupe Facebook  Graphiste et indépendant : le Groooouuuupe !… Demande à nous rejoindre, ici !

 

Il y a sûrement plein d’autres alternatives possibles, mais j’avais envie de te parler de celles-ci. Les as-tu déjà testées ?

👇 Ton retour d'expérience est le bienvenu dans les commentaires ! 👇

 

UN COMMENTAIRE ?

Ton adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hello !
Être indé, c’est une sacrée aventure, n’est-ce pas !

Je suis Marlène Ferrero-Varsino et j’accompagne au quotidien les créas freelances.

Souvent graphistes, webdesigners ou DA, mais aussi illustrateurs, photographes, vidéastes, motion designer, UX/UI designers…

Comme toi sûrement, ils veulent développer leur activité, pour EN VIVRE, avec plaisir et fierté. Je les aide à pérenniser leur activité – grâce à un super positionnement notamment. ^^

C'est cadeau !
À lire aussi...
hello world!
2022 — Graphiste et indépendant — | Site rénové par ima
closearrow-circle-o-downchevron-uptwitterfacebookbarsenvelopelinkedinmenu-circle